Olivier 2.0

À moins d’avoir passé les six derniers mois dans un sarcophage, vous avez forcément entendu parler de Facebook : le coqueluche des « réseaux sociaux ». Si le principe n’a rien de vraiment neuf, ce réseau-ci est parvenu à être pratiquement partout. Un peu à la manière de MSN Messenger, qui a largement remplacé ses dignes prédécesseurs (ICQ, AIM, …).

Sûrement un peu par réaction à l’effet de mode, il se trouve que ces deux réseaux sont très critiqués. Parmi ce qui leur est reproché, on trouve des problèmes de respect de la vie privée et une ouverture trop discrète. C’est clair : l’un comme l’autre sont en position de monopole (au moins en Europe, pour MSN) et entendent bien en profiter.

Seulement, parmi les opposants à ces systèmes, on trouve aussi des gens qui ont les moyens de préparer la relève. Pour MSN, cela passe par Jabber/XMPP, un protocole de messagerie instantané décentralisé. Ceci signifie que vous pouvez installer un serveur Jabber chez vous ou dans votre entreprise, et toutefois pouvoir converser avec les utilisateurs Jabber du monde entier (et même avec des utilisateurs des autres réseaux). Après tout, c’est ce qu’on fait depuis des années avec les e-mails : chacun peut installer son propre serveur de messagerie et fournir son propre @truc.

Pour Facebook (ou Orkut, ou les autres), on n’a pas encore de solution idéale. Mais il y a déjà des briques utiles. D’abord OpenID, qui permet de relier ses comptes de différents services. Ensuite, les microformats, qui permettent de faire des pages webs compréhensibles par un ordinateur. Enfin, les tentatives de Google d’unifier les communications inter-services, via OpenSocial.

Ce qui manquait, c’est des applications capables d’utiliser un peu tout ça de manière agréable. Et ça commence : aroundMe, elgg, NoseRub… ça fleurit de partout. Je reviendrais sur tout ça dans un prochain billet.

Comments are disabled for this post